Agriculture & environnement

 Les aménagements d’hydraulique douce: une gestion à la parcelle

La contribution des pratiques agricoles

fascine-antierosive
fascine antiérosive

Limiter le ruissellement sans le supprimer

Les aménagements d’hydraulique douce sont des “petits” aménagements qui viennent compléter les ouvrages structurants (digue, bassin d’orage, barrage, …). Leur but est d’intercepter au plus près de la source les ruissellements pour favoriser l’infiltration des eaux et en réduire les volumes et vitesses. Ils permettent de limiter les transferts de limons au sein du bassin versant de manière générale, mais également de protéger les infrastructures humaines (voirie, habitation, ouvrage tampon, …).

Cliquez sur les fiches éditées par l’Areas

fiche-fascinefiche-zone_enherbeefiche-haiefiche-fosse_talusfiche-marre-tamponfiche_boisementfiche_prairie_inondable

 

Entretenir ce qui est déjà présent

Conscients de l’eau et de ses effets, les anciens ont placé judicieusement des haies,  des mares et des bosquets dans les plaines. Ces aménagements nécessitent de l’entretien pour être parfaitement efficaces (curage, reprofilage, taille…)

Zoom sur les haies et les fascines

La contribution des pratiques agricoles: infiltrer plutôt que ruisseler

Sur un territoire rural où près de 80 % de la surface est à usage agricole, le Syndicat met en place des dispositifs d’aides auprès des exploitants agricoles qui sont concernés et gèrent les ruissellements. La mise en place d’aménagements tels les haies ou les fascines est complémentaire aux travaux d’ouvrages structurants indispensable à la protection des biens et des personnes. Cependant, l’ensemble des aménagements d’hydraulique douce et structurants est un moyen curatif de régler les désordres occasionnés par les ruissellements.

Depuis plusieurs années, le Syndicat se pose la question de la pérennité de ces aménagements à long terme et cherche le moyen de pallier au coût d’entretien des ouvrages ou de l’inappropriation de certains aménagements par leur propriétaire. Avec le contexte agricole actuel, notamment celui de l’élevage, nos herbages sont détruits au fur et à mesure (près de 300 ha en 2015) laissant place à de grandes parcelles de cultures. Sans ces zones de dilution et de sédimentation, les aménagements d’hydraulique douce se retrouvent vite saturés et ne peuvent contrecarrer ce phénomène.

Pour cela, la profession agricole aidée par le Syndicat se doit de réfléchir à de nouvelles pratiques agricoles qui, dès l’origine, produiront moins de ruissellements érosifs. Il s’agit de réaliser des mesures préventives au travers d’un certain nombre de pratiques/techniques agricoles.

Les principes de l’Agriculture de Conservation des sols

Réussir la simplification du travail du sol

Les projets du territoire

 

 

Ensemble prévenons le risque d'inondation